Recherche

Technologies

Une Pile ou un accumulateur ?

La pile est à usage unique et n’est donc plus utilisable une fois déchargée.

L’accumulateur se recharge entre 500 et 1000 cycles selon la technologie et l’application. Il est donc plus cher à l’achat mais beaucoup plus économique et écologique que la pile.

Types de piles et accus les plus couramment utilisés :

Les piles

Saline : 1.5V. Ce sont des piles peu puissantes, adaptées aux utilisations intermittentes ne nécessitant pas un courant de décharge important.

Alcaline : 1.5V. Les piles alcalines ont une plus grande densité d’énergie et une durée de vie plus longue que les salines.

Lithium : 1.5V – 3V – 3.6V. Les piles au lithium ont une durée de vie beaucoup plus importante que les piles traditionnelles. Elles sont recommandées dans les applications à forte consommation comme les flashs, les appareils photo numériques.

Le couple le plus couramment utilisé est le couple lithium-manganèse (Li-MnO2). On les retrouve dans les applications grand public (piles boutons, piles photos…). Le couple lithium-chlorure de thionyle (Li-SOCl2), 3.6V, étant réservé aux usages professionnels.

Les accumulateurs

Plomb : 2V – 4V – 6V – 12V – 24V. L’accumulateur au plomb acide est la plus ancienne des technologies actuelles. Le recyclage des batteries plomb est bien maîtrisé.

Il existe 2 types de batteries plomb :

  • Plomb ouvert : électrolyte liquide
  • Plomb étanche : AGM, gel

Il faut toujours garder à l’esprit que les deux causes principales de mortalité d’un accu au plomb, quelque soit son type, sont la décharge profonde et la surcharge.

On ne doit donc pas décharger un accu au plomb en dessous de 1.65V par élément (soit 10V pour une batterie 12V). En dessous, c’est la destruction assurée de l’accu.

On ne doit pas non plus surcharger une batterie en la laissant à 2.35V (14V pour une batterie 12V) plus de 20h (la batterie étant vide au moment où la charge est initialisée)

La charge d’une batterie plomb se fait à tension constante (2.27V/elt)

NiCd (Nickel Cadmium)

1.2V. Ces accumulateurs étaient il y a quelques années les plus répandus dans les appareils portatifs allant du GSM à l’APN en passant par la perceuse sans fil et le caméscope. Aujourd’hui on trouve essentiellement le NiCd dans les applications industrielles. On trouve sur le marché une large gamme (format et capacité) de cellules permettant la fabrication de batteries allant de 2.4V à plus de 48V.

La charge du NiCd se fait à courant constant.

NiMh (Nickel Métal-Hydrure)

1.2V. Cette technologie est présente dans une large gamme de produits domestiques et industriels.

L’avantage en matière d’environnement des batteries au NiMh est l’absence de cadmium et de plomb, deux matériaux très polluants.

En outre, elles possèdent de meilleures performances et n’ont pas d’effet mémoire.

Li-Ion (Lithium-Ion)

3.6V – 3.7V. Les batteries au Lithium-Ion vont progressivement supplanter toutes les autres technologies. Elles ont une forte capacité énergétique (2 fois plus que le NiMh) et acceptent des recharges très rapides. Cette technologie a supplanté le NiMh dans toutes les applications grand public (téléphonie, ordinateur…)

Pour éviter le problème de l’auto-inflammation, cette technologie nécessite une électronique de surveillance, sorte de fusible, qui limite les tensions de charge et décharge

schema technologie